L'église Saint Michel

L'abbé Crépin et ses ouailles à la sortie de la messe

Selon le peu d'informations dont on dispose, l'ancienne église aurait brûlé.

Celle que nous connaissons actuellement daterait du XIXème siècle.

Les offices y sont célébrés lors de mariages, baptêmes ou enterrements.

A gauche de son soubassement, on peut voir un repère du Nivellement Général de la France dont la plaque centrale indiquant l'altitude a malheureusement disparu (on peut trouver un autre repère du même type sur le calvaire à la sortie du village vers Haute-Epine).

A l'intérieur, un tableau a récemment fait l'objet d'une importante restauration .

Certains vitraux ont également été restaurés par les ateliers Courageux en 2004.

Restauration du tableau de l'Annonciation

Ce tableau, une huile sur toile signée de Laure LAMY et daté de 1856, probablement une copie d'un original de Présari, était en très piteux état...

Grâce à des subventions, il a été confié à un restaurateur en 2008 puis raccroché à gauche du chœur.

La salle des fêtes

Construite au fond de la place du village en 1987, en ossature bois et torchis projeté, la salle des fêtes accueille tous les jours les enfants lors des temps péri-scolaires.

Elle est également louée aux particuliers pour les week-ends.

Prendre contact avec le secrétariat de mairie pour en connaitre la disponibilités ainsi que les conditions particulières et les tarifs.

Les arbres remarquables de La Neuville

"Le culte des arbres dessine un imaginaire particulier sur le sol de cette région; les arbres remarquables ont longtemps piqué l'espace au bout des propriétés (...). Sentinelles des carrefours, épines consacrées, buissons de vierge (...), ce pays, réputé plat, accroche ses mystères aux arbres, dans les gerçures du calcaire ou les combles qui déchirent ses forêts.Le cran ne rend pas l'écho, mais l'atonie apparente des mentalités est trompeuse. Les arbres vous le diront. Ils sont pleins des bruits et des fureurs qui se déchainent parfois dans ces campagnes. Tilleuls, frênes ou peupliers, gardent la mémoire des tragédies qui se sont jouées sous leurs branches. Du moins ceux qui ont survécu aux remembrements, ou à la graphiose, le cancer des ormes."

Extrait de Picardie, la verdeur dans l'âme aux éditions Autrement, 1993

 

A La Neuville existent quelques arbres particuliers, par leur taille ou leur histoire.

Citons par exemple:

- un tilleul plus que (bi?)centenaire dans la cour du 11 rue d'Achy

- le "tilleul de la Liberté" planté à côté de la mare à l'extrémité de la rue d'Achy lors des commémorations du bi-centenaire de la Révolution Française en 1989

- l'alignement des tilleuls taillées sur la place devant la salle des fêtes

Par ailleurs, l'étude réalisée (en 2010) lors de l'élaboration de la Carte Communale a mis en avant la forte empreinte de l'élément végétal (arbres, haies, jardins) dans l'aspect visuel du village. Sa préservation fait partie des priorités en matière d'urbanisme.

Les mares

 

Autrefois réserves d'eau pour les hommes et les bêtes, les mares sont aujourd'hui essentiellement des réserves en cas d'incendie. Ce qui explique la borne placée devant et l'interdiction de stationner, pour faciliter l'accès aux pompiers !

On en compte cinq dans le village: trois dans la rue d'Achy, une au centre près de l'ancien café et une au bout de la rue Prudhomme.